Réflexions Rwanda

De Paris à Kigali – Quelques heures de transit avant le Rwanda

11h30, rangée F, siège 7, personne à droite, personne à gauche, en face de moi l’écran diffuse une pub pour la Turquie, ça fait rêver.

Alors ça y est, assise dans l’avion l’heure est arrivée pour moi de quitter la France et de rejoindre Istanbul puis Kigali. Kigali, le Rwanda, 9 mois d’attente, de préparation pour ce projet. Le bébé est enfin là et c’est grisant. Je me devais de vous écrire pour vous expliquer comment je me sens, comment j’ai vécu ces derniers jours et ce qui a évolué dans ma préparation.

Alors le moral ?

Après maintes coups de téléphone à la famille et aux amis, après avoir ordonné à tous ces amours de ne pas verser une seule larme (« vous allez pas vous mettre à chialer, je reviens bientôt ! » Bon tout est relatif, j’avoue !) je me suis rendue compte que je ne ressentais rien de particulier à l’approche de mon voyage. Inquiétant ? Non pas vraiment, je me suis interdit toute inquiétude et si à un moment de faiblesse j’avais cette inquiétude qui me prenait je l’ai refoulé tout de suite. Malsain diront certains, moi je dirais plutôt pratique. J’ai évité toute panique intempestive, toute crainte stupide et à l’arrivée à l’aéroport j’étais sereine.

Toujours pas de « P***** mais qu’est ce que j’ai fait?! »

Pardonnez le langage mais la petite voix dans ma tête n’est pas toujours des plus poétiques. Alors non je n’ai pas [encore] eu la phrase fatidique, celle qu’on doit plus dire en arrivant à destination. Comme je vous le disais je suis sereine. Je sais où je vais dans tous les sens du terme, je sais ce qui m’amène en Afrique et je sais déjà que demain, quand je serai dans les rues de Kigali à me perdre au milieu de cette population, à découvrir chaque parcelle de leur vie, à graver chaque image, chaque visage, je sais que je serai à ma place. Parce que je sais depuis 9 mois que ma place n’est plus en France, c’est ce déclic qui me l’a fait comprendre. Alors avec tout ça, pourquoi je m’inquiéterais ? Pourquoi est-ce que j’aurais peur de ce continent inconnu, de ces gens tellement différents ? Je sais que ma place est là où je vais.

Et le programme des prochains jours ?

Si je devais résumer ma prochaine semaine je vous dirais simplement que je vais commencer très fort. Grâce à Fabrice Martinez de l’association Gorilla ( dont je vous ai parlé ici ) j’ai la chance de pouvoir assister à la cérémonie de baptême de bébés Gorilles à l’ouest du pays ( à Kinigi plus précisément ) proche du Parc des Volcans. Je réalise la chance inouïe que j’ai, une chance qui ne vient pas seule puisqu’en plus de la cérémonie j’aurais la chance d’assister à une conférence sur la conservation à Kigali. Tout ça grâce à la générosité d’un seul homme qui croit en moi et en ce projet, je vous raconte pas l’effet que ça fait quand on estime n’être personne et qu’on vous donne une opportunité aussi énorme de participer à des évènements aussi importants. Le seul regret que j’aurais lors de ces 2 jours ( conférence et cérémonie ) c’est de ne pas rencontrer Fabrice Martinez en personne. Pour le moment il est question que je représente l’association lors de ces évènements en l’absence de son fondateur. Oui vous avez bien lu, je serai la personne en possession des invitations de Gorilla, j’aurai pour mission très simple de représenter l’association, pas des moindres comme mission. Je suis plus qu’honorée d’être chargée de cette mission sachant que je connais pas du tout Mr Martinez. Malgré tout il m’a fait confiance dès le début de nos échanges. Dans quelques jours j’assisterai donc à ces évènements, je touche du doigt une réalité qui me semble encore parallèle, quelque chose qui me semble improbable, j’ai eu une chance inouïe, je m’en rends compte assise à la place 7F de cet avion qui m’emmène droit vers Istanbul.

Et après ça il se passe quoi ?

Après la cérémonie ? Aucune idée. Commence la phase de mon voyage que j’appelerais « total freestyle ». Mais c’est ça aussi le voyage non ? La liberté, pour les 8 prochains mois.

La belle Istanbul en photo, la prochaine je reviens pour m’y perdre !

Voyageuse amoureuse de la nature, passionnée d'animaux et de conservation ; solo ou à deux ; en Europe, Afrique, Asie, Amérique, je vous emmène dans mes bagages pour vous raconter mes voyages.

Laisse ton commentaire ici !

Commentaires (4)

  1. Profitez bien du Rwanda qui est un magnifique pays ! Je l’ai découvert il y a deux ans et j’en suis littéralement tombée amoureuse ! De Kigali, Butare, Nyanza, en passant par Ntarama et Nyamata, Kibuye, Nyungwe, Gisenyi, le parc national des Volcans et la rencontre avec les gorilles, l’Akagera, le lac Muhazi, les collines verdoyantes, bref autant de moments vécus qui restent pour moi des souvenirs impérissables du Rwanda !
    Quelle chance de pouvoir assister à Kwita Izina après demain ce sera certainement fantastique !! Une jolie façon de découvrir, d’entrée de jeu, le pays des 1000 collines 🙂

    1. Merci beaucoup ! Oui je me sens très chanceuse pour Kwita Izina, j’ai hâte d’y être 🙂 Et hâte de découvrir le Rwanda hors de Kigali ! Je t’avoue que moi et les villes… Dans un pays qui a l’air si beau hors des villes.. J’ai du mal à rester patiente dans cette ville !