Asie Birmanie/Myanmar

Sur les sentiers d’Asie – Yangon, Birmanie

Je n'ai pas été très studieuse ces derniers temps et pourtant j'ai beaucoup de choses à vous raconter ! Histoire de reprendre par un sujet exotique et qui, en cette fin de vacances d'été, fera du bien au moral, je vais commencer par vous raconter mes premiers pas, un peu chaotique, en terre birmane.

Yangon, le coeur de la Birmanie

Si d'habitude je ne suis absolument pas fan des grandes villes et qu'elles ne sont, pour moi, que des points de chute rapides, point de départ de nouvelles aventures dans la Nature, Yangon c'est un peu différent.

A notre arrivée en ville, délestés de nos sacs à dos oubliés en Chine ( faut toujours un peu de péripéties en début de voyage ), on décide de ne pas chouiner dans notre chambre jusqu'au lendemain et de profiter de la chaleur étouffante et presque irrespirable de la ville pour rejoindre la Pagode Shwedagon ( la chaleur c'est un peu la signature de la Birmanie à cette époque de l'année ).

Shwegadon est l'un des lieux à ne pas manquer à Yangon, on dit que c'est le premier lieu saint bouddhiste jamais construit en Birmanie et que son stûpa contiendrait même des cheveux du Bouddha Gautama aka le Bouddha qu'on connait simplement sous le nom de Bouddha ( parce que oui, breaking news, il y a pas mal de Bouddha dans la religion bouddhique ).

Le stûpa de Shwezigon

Définir le bouddhisme est assez compliqué, entre philosophie de vie et culte dédié au Bouddha, on s'y perd vite et même mes tentatives d'en lire les préceptes de base m'ont totalement paumé ( souvenir de ces douzaines de lecture désespérées de la même page de mon bouquin sur le bouddhisme ). On ne peut pas dire que le bouddhisme ne dégage pas un espèce de mysticisme intriguant, une aura qui vous happe dès le moment où vous posez le pied sur le carrelage d'une pagode. Les rites et les usages vous plongent directement dans le bain et vous transportent immédiatement dans ce monde, si différent du notre.

Pieds nus, autour de la Pagode Shwedagon

Il y a plusieurs règles à respecter lorsqu'on entre dans un lieu saint bouddhique : enlever ses chaussures et les laisser à l'entrée ; se couvrir les jambes et les épaules ( malheureusement pas respecté par certains touristes qui préfèrent se trimbaler les loches quasi à l'air plutôt que de respecter une culture ) ; visiter le site en tournant dans le sens des aiguilles d'une montre ( pas sur vous même hein, on commence par prendre à gauche quand on entre dans la Pagode, pas besoin de faire la toupie ).

Alors, de quel côté on commence ?

La Pagode Shwedagon est en fait un ensemble de pagodes et autres édifices bouddhiques dominés par un énorme stûpa doré et parsemés de divers statues de Bouddha parfois marqués des jours de la semaine. On s'est longtemps posé la question concernant ces Bouddhas et ces fameux jours de la semaine qui d'ailleurs sont au nombre de 8 et pas de 7, le mercredi se divisant en journée et soir, c'est le jour le plus important dans le bouddhisme. De spéculation en spéculation concernant ces prières à tel ou tel Bouddha, dépendant du jour donc, on a fini par tomber sur la bonne réponse : ils prient le Bouddha du jour de leur naissance. Ce principe est propre au bouddhisme theravāda pratiqué en Asie du Sud-Est et rajoute un peu plus de mysticisme à cette philosophie.

A ces principes propres à ce courant bouddhique se rajoute ce qui est propre à la Birmanie : les Nats. L'existence de ce qu'on pourrait comparer à des esprits ou à des anges en Occident est en fait plus ancienne que la philosophie bouddhique et s'approche même un peu plus de l'animisme que du bouddhisme malgré l'incorporation des Nats au culte du Bouddha. Distinguer les Nats des différents Bouddhas est relativement simple puisque ce sont en fait des Hommes, leurs représentations est donc plus proches du réel que les Bouddhas.

Encore des Bouddha
Yangon shwezigon
Un très grand Bouddha

Dans les rues de Yangon, gros criquets, vieilles bâtisses et restaurants de rue

Je ne peux pas finir cet article sans évoquer la ville de Yangon en elle-même. L'ancienne capitale, malgré sa taille, n'a rien d'effrayant, on s'y ballade tranquillement à travers les différentes échoppes, on jongle entre la modernité du café "Paris" et l'authenticité des restaurants de rue qui vous nourrissent pour pas grand chose (900 Kyats pour un repas soit même pas 1€). On s'étonne un peu du nombre de chiens errants et encore plus de ce chien qui vient de piquer un énorme poisson sous le nez de la vendeuse qui le laisse faire sans broncher !

Si vous passez par Yangon, restez y, au moins quelques jours, le temps de vous imprégner un peu de l'énergie birmane et de la plénitude offerte par les pagodes de Shwedagon ou de Sule. Arrêtez vous dans les marchés pour goûter d'énormes criquets frits et passer un moment avec les birmans dans les parcs de la ville, si vous ne tombez pas amoureux du pays, vous n'êtes pas de ma planète !

Une petite faim ?
Une petite faim ?
Yangon
Yangon
Yangon

Voyageuse amoureuse de la nature, passionnée d'animaux et de conservation ; solo ou à deux ; en Europe, Afrique, Asie, Amérique, je vous emmène dans mes bagages pour vous raconter mes voyages.

Laisse ton commentaire ici !

Commentaires (5)

  1. En résumé, Yangon c’est : Bouddha x 8 et des Nats (intéressant), des criquets (toi manger ?), et une atmosphère (atypique).

    J’ai bon ?

    😉

    1. Si t’aimes pas Bouddha faut pas venir en Birmanie 😀 Et les criquets j’y ai échappé ( végétarisme oblige ! ) par contre Dimitri a eu la chance d’en manger 10 et il a un peu fait la gueule 😀