France

Les Grandes Médiévales d’Andilly en Haute Savoie

Ca y est, c'es sûr, on quitte notre belle Haute-Savoie pour rejoindre la Savoie dans quelques mois. Avec cette bonne nouvelle vient les bonnes résolutions, celle de découvrir un peu plus les alentours de notre présent lieu de villégiature. Je ne vous cache pas que cette zone-là, cette frontière suisse, on ne l'aime pas ou alors seulement pour cette possibilité de passer de l'autre côté pour aller découvrir un peu le fameux pays de la neutralité. Malgré l'ambiance nauséabonde qui règne dans notre zone on ne peut pas enlever qu'on vit dans l'un de ces beaux coins de France, ceux-là qui t'arrachent un "ah" de bonheur quand tu sors un peu des villes et des villages pour te retrouver nez à nez avec un panorama montagneux et collineux à faire pâlir de jalousie tous ceux qui n'ont pas la chance d'y vivre. Mais je m'égare un peu, j'étais pas censée parler d'une histoire de Grandes Médiévales ? J'y viens. 

Donc, notre zone n'est pas la plus folichonne niveau mentalité des humanoïdes qui s'y meuvent, heureusement certains remontent le niveau et heureusement encore certains événements nous font oublier les petits aléas désagréables inhérents à la frontière franco-suisse. Depuis quelques semaines on ne faisait que passer devant un énorme panneau annonçant les Grandes Médiévales d'Andilly, n'en ayant jamais entendu parlé, et étant curieux de nature, on a pris nos billets pour faire partie des festivités sans vraiment se renseigner sur ce qui nous attendait, on savait que ça allait causer Moyen-Âge et pas à moitié, du reste, on préfère être un peu surpris. La surprise, justement, on l'a eu dès notre arrivée. Alors que Cacahuète est jetée sur un parking à plusieurs centaines de mètres de l’événement, que nos fesses quittent les sièges de la navette mise en service pour relier le parking au site, que nos pas nous font traverser un autre parking blindé à craquer et qu'enfin nous arrivons devant l'entrée, accueillis pas un villageois bourru qui nous a vu trifouiller pour trouver nos billets et qui nous interpelle d'un "c'est quoi cette transaction illicite que j'viens de voir ?". Regards amusés, décontenancés, directement dans le vif du sujet, bienvenue aux Grandes Médiévales d'Andilly.

Petit bracelet orange vif aux poignets, nous commençons notre journée dans ce gigantesque parc aménagé dans une forêt le temps de 5 jours. A peine les portes de la boutique souvenir, par laquelle nous entrons, sont passées que je m'écris déjà "olala mais c'est génial !". En l'espace de 2 mètres, d'un pas de porte, on est transporté des siècles auparavant, entourés de cabanes et surtout, de gens en costumes. Si au début on se dit qu'il s'agit des bénévoles de l'événement on se rend très vite compte que bon nombre d'entre eux porte le bracelet orange des visiteurs. Des visiteurs costumés. Je pense qu'à ce stade de la découverte, soit environ 10 mètres après notre entrée du parc, j'en suis à mon 50ème "mais c'est trop génial !". 

Alors qu'on s'arrête à la première petite cabane qu'on voit pour découvrir un peu plus de quoi sera faite notre journée, un homme en costume viking, fait d'une couche de vêtements qui me fait suer à grosses gouttes juste en le regardant (il est 11h, il fait déjà très, très chaud), nous interpelle et commence à nous expliquer la fabrication des armes, des boucliers et leur utilisation à l'époque des vikings. Pendant plusieurs minutes je reste littéralement accroché à ses lèvres, interrompant ma quasi transe (olala mais c'est génial !) pour prendre quelques photos et puis d'un coup, l'exposé est terminé, on continue notre chemin, les mêmes étoiles dans les yeux.

médiévales andilly
médiévales andilly
grandes médiévales andilly
médiévales andilly
médiévales andilly
médiévales andilly

Vous dire que le site est gigantesque est un euphémisme, c'est labyrinthique, on passe 12 fois par le même endroit avant de débusquer le lieu que nous recherchions et à chaque fois qu'on repasse c'est comme une nouvelle découverte. Des animations sont parsemées dans le parc, des bénévoles habillés en costumes font leur show, des artisans présentent leurs produits, des savons artisanaux (trop génial bisbisbis repetita), des bijoux, des armures d'époque, des vêtements d'époque, des accessoires de toutes sortes, tout ça est à vendre et tout donne envie. A côté des multiples commerces et tavernes on trouve aussi des installations gigantesques qui accueillent les animations fixes du parc, il y en a tellement que le choix est difficile ! Mais les heures des animations sont faites pour permettre de passer de l'une à l'autre ou d'en préférer une et de voir l'autre à un autre moment de la journée. Notre choix se porte tout de suite sur le combat de joute, loupé à notre arrivée on le verra quelques heures plus tard après le tir de catapulte qui a lieu quelques mètres plus loin. Alors que je m'abrite au soleil pour ne pas, déjà, défaillir (la chaleur est écrasante), j'observe autour de moi toutes ces personnes costumées en me jurant que l'année prochaine, si nos pas nous mènent à nouveau aux Grandes Médiévales je gambaderai moi aussi en tenue d'époque !

Grandes Médiévales Andilly
Grandes Médiévales Andilly
médiévales andilly
médiévales andilly
médiévales andilly
médiévales andilly
médiévales andilly
Grandes Médiévales Andilly
Grandes Médiévales Andilly

Pour le moment je suis là, dans mes vêtements so vingt-et-unième siècle, à observer le trébuchet d'époque s'activer dans un cliquetis de rouages et balancer un ballon remplie d'eau sur une structure de château fort en bois. Premier jet loupé, ça passe à côté, le commentateur espère ne pas avoir atteint sa propre voiture garée derrière, les 2 tirs suivants sont couronnés de succès et s'éclatent magistralement sur la structure sous les acclamations ravies de la foule qui observent. Vu la violence de l'impact d'un petit ballon d'eau, on imagine facilement le résultat avec un vrai projectile ! Après notre première animation fixe on s'éloigne pour rejoindre le terrain où aura lieu le combat de joute et qui accueille quelques minutes après notre arrivée l'histoire de 2 siècles de combats médiévaux, de la Guerre de Cent Ans à Jeanne d'Arc en passant par Azincourt, on se replonge dans l'histoire de France avec sous nos yeux ébahis, des figurants se battant à l'épée, décochant des flèches ou tirant des boulets de canons imaginaires à grand renfort de pétards très bruyants. La Guerre sous nos yeux se déroule.

Grandes Médiévales Andilly
Pour le moment je suis là, dans mes vêtements so vingt-et-unième siècle, à observer le trébuchet d'époque s'activer dans un cliquetis de rouages et balancer un ballon remplie d'eau sur une structure de château fort en bois. Premier jet loupé, ça passe à côté, le commentateur espère ne pas avoir atteint sa propre voiture garée derrière, les 2 tirs suivants sont couronnés de succès et s'éclatent magistralement sur la structure sous les acclamations ravies de la foule qui observent. Vu la violence de l'impact d'un petit ballon d'eau, on imagine facilement le résultat avec un vrai projectile ! Après notre première animation fixe on s'éloigne pour rejoindre le terrain où aura lieu le combat de joute et qui accueille quelques minutes après notre arrivée l'histoire de 2 siècles de combats médiévaux, de la Guerre de Cent Ans à Jeanne d'Arc en passant par Azincourt, on se replonge dans l'histoire de France avec sous nos yeux ébahis, des figurants se battant à l'épée, décochant des flèches ou tirant des boulets de canons imaginaires à grand renfort de pétards très bruyants. La Guerre sous nos yeux se déroule.
Grandes Médiévales Andilly
andilly médiévales
Grandes Médiévales Andilly
Grandes Médiévales Andilly

Ripailler aux Grandes Médiévales

Viens alors l'heure de ripailler. la plupart des endroits aménagés pour manger sont, comme à l'époque, des temples pour les mangeurs de viande, on sent à plusieurs mètres aux alentours l'odeur du gigot qui tourne sur la broche ou du ragoût qui glougloute dans la poêle. Sauf que moi, je ne mange pas de viande, désolée (ou pas), même pour ce retour dans le temps je garde mon principe de mangeuse de graines et je pars donc à la recherche d'un endroit où je puisse me sustenter. Heureusement tout est organisé de manière la plus pratique, si les végétariens ont beaucoup moins de choix en matière de ripaille que les viandards la solution a le mérite d'exister et je dévore avec délectation ma petite crêpe en observant le spectacle des  danses aborigènes, invités de l'année des Grandes Médiévales. Sauf que bon, une crêpe ça ne me remplit pas l'estomac, loin de là. Alors qu'on continue nos déambulations dans le parc après avoir avaler nos petits casses croûtes et à la recherche d'autres mets à grignoter on tombe sur la Brasserie Fondue. Comment vous décrire nos têtes quand on est tombé sur ça... Notre pêché mignon c'est le fromage, on parlait quelques minutes auparavant de se faire une fondue (alors qu'il fait 30°, tout à fait) avant de partir pour notre voyage à vélo... On a pris cette découverte comme un signe de l'univers et nous voilà, quelques minutes plus tard, entrain de plonger nos morceaux de pain dans le fromage coulant.

Un combat de joutes pour le dessert ?

L'estomac bien tapissé de fromages on ressort enfin de notre petite salle fraîche pour retrouver le soleil brûlant de cette fin mai direction, enfin, le tournoi de joute. Forcément, à notre arrivée, toutes les places à l'ombre sont squattées et on se décide pour des places en plein soleil (une place sous le cagnard ou une place sous le cagnard ?), on va subir mais ça ira. Le spectacle est le plus long des Grandes Médiévales et vous transporte dans une histoire de bataille pour récupérer le trône entre un religieux véreux et un intendant bienfaisant qui ne cherche qu'à remplacer son souverain porté disparu depuis quelques temps. Les combats sont impressionnants, les actions prenantes et je me vois prise dans l'intrigue comme une enfant émerveillée. 45 minutes plus tard, c'est terminé, je claque un dernier "c'était génial" avant de parcourir à nouveau les boutiques, à la recherche d'un petit souvenir à ramener à la maison pour me rappeler de cette journée de folie au Moyen-Âge. Alors qu'on erre une dernière fois dans les allées on tombe sur un homme à la voix tonitruante entouré de jambes et autres parties du corps coupés, sanguinolentes sur une table. Dès les premières phrases on rit, on s'installe pour observer ce qu'il présente : la chirurgie au Moyen-Âge ou plutôt la boucherie du Moyen-Âge. Oreilles chastes s'abstenir, l'homme est entier, s'amuse de phrases que les enfants ne peuvent pas comprendre et me perd aux moments où il utilise le mot veine. Prête à défaillir (c'est un peu ma kryptonite) et tabassée par le soleil je m’assoies un peu plus loin pour n'entendre que son discours amusant sans voir la joyeuse boucherie qui va avec.

Grandes Médiévales Andilly
Grandes Médiévales Andilly
Grandes Médiévales Andilly
Grandes Médiévales Andilly
Grandes Médiévales Andilly
Grandes Médiévales Andilly
Grandes Médiévales Andilly
Grandes Médiévales Andilly
Grandes Médiévales Andilly
Grandes Médiévales Andilly
Grandes Médiévales Andilly
Grandes Médiévales Andilly
Grandes Médiévales Andilly
Grandes Médiévales Andilly
Grandes Médiévales Andilly

Le soleil, la fatigue, les heures de marche à déambuler dans les allées des Grandes Médiévales ont raison de nous 6h après notre arrivée. Alors qu'on se dirige vers la sortie on s'émerveille encore du travail accompli pour monter toutes ces cabanes, pour mettre en place toutes ces animations, pour créer ce petit monde. Si je devais comparer les Grandes Médiévales avec un autre endroit ce serait avec Le Puy du Fou, dans mon souvenir c'est assez ressemblant dans l'idée mais évidemment pas dans la mise en oeuvre, ici on ne parle que périodes médiévales. Notre petit bracelet tombe dans une boîte, nos noms et adresses écrits au dos, on laisse l'un des souvenirs de notre passage au parc pour espérer pouvoir gagner quelques places pour celui de l'année prochaine, en costumes cette fois, on l'a dit.

Découvrir les Grandes Médiévales d'Andilly

Où ? En Haute-Savoie, à 30 minutes environ de Genève et d'Annecy. Des navettes sont mises en place pour vous emmener sur le site après avoir déposer votre voiture sur certains parkings, pratique pour ne pas se prendre la tête !

Quand ? Tous les ans pendant 2 week-end aux alentours de fin mai, début juin

Pour qui ? Les familles ou toutes les personnes qui aiment se déconnecter un peu du monde dans lequel on vit pour découvrir un autre univers ; les amoureux du médiéval ; les curieux !

Combien ça coûte ? Les prix varient selon le jour que vous choisissez (ou les jours que vous choisissez). On a payé pour un jour 22€ par personne.

Voyageuse amoureuse de la nature, passionnée d'animaux et de conservation ; solo ou à deux ; en Europe, Afrique, Asie, Amérique, je vous emmène dans mes bagages pour vous raconter mes voyages.

Une envie de partager ?