Afrique Les poilus (et les autres...) Rwanda

Kwita Izina ou le chaos des premiers jours

Une fois sur le sol rwandais, tout s'accélère. Toute seule dans une ville inconnue il faut trouver ses marques, remettre ses idées en place et puis s'habituer à cet environnement tellement différent. Les gens me dévisagent comme si j'étais une extraterrestre. "Excusez moi, je suis blonde, ça pique les yeux, je sais".

Alors tu l'as eu cette foutu phrase de pétoche ?

Pour être honnête, je n'ai pas vraiment eu le temps de l'avoir ! Arrivée à 23h55 à l'aéroport de Kigali avec ce pressentiment que j'allais me retrouver seule. Et devinez quoi ? Je me suis retrouvée seule ! Bon dans l'avion j'avais eu le temps de réfléchir aux choix que j'avais dans le cas où mon pressentiment s'avérerait fondé : soit profiter d'être à Istanbul pour vérifier une adresse d'hôtel et prendre un taxi en arrivant soit ne rien faire du tout. Devinez laquelle j'ai choisi ?

J'ai décidé de ne rien faire du tout ! Résultat ? Après avoir passé le très agréable monsieur de la douane ( ironie bonjour ) je me suis retrouvée à l'entrée de l'aéroport à regarder toutes les personnes présentes pour voir si, par hasard mon nom ne serait pas sur l'une des pancartes. Quand je me suis rendue compte que non, je me suis sagement assise dans un coin en attendant que quelques personnes partent avant d'aller demander aux personnes restantes si, par hasard, ils ne connaitraient pas la personne qui était censée venir me chercher. Négatif. Bon alors, je passe à l'offensive, je leur explique la situation et leur demande s'ils peuvent me déposer dans l'hôtel le moins cher possible. La réponse positive est immédiate, je me sens chanceuse ! Me voilà embarqué avec Hassan, Iqbal et leur ami d'Azerbaïdjan dans un hôtel proche de l'aéroport, hôtel dans lequel je resterai pendant plusieurs jours avant de partir pour Kinigi et Kwita Izina.

Kwita Izina ou la cérémonie de la décéption

Le destin faisant assez bien les choses, Hassan, l'une des personnes rencontrées grâce à ma mésaventure connaît une personne travaillant à l'Office du Tourisme du Rwanda. J'ai l'occasion de la rencontrer à la suite de la conférence et de pouvoir discuter du transport avec elle. On se met d'accord sur un départ au 5 septembre au matin ( à 5h du matin ) pour rejoindre Kinigi et le site de la cérémonie.

Le 5 au matin je suis donc levée de bon matin pour la rejoindre. Tout est extrêmement compliqué quand on fait partie du convoi "officiel". Arrivée à Musanze, près de Kinigi, j'ai l'occasion de rencontrer l'une des personnes qui nommera un des bébés Gorilles, Hans J. Heuer, qui est à la tête d'un hôtel en Zambie. Une fois tout le monde installé en voiture, nous partons pour le site de la cérémonie, à partir de là notre retard nous vaut de tout enchainer et je peux vous assurer qu'en se levant à 3h30, rester en forme jusqu'à 15h ( fin de la cérémonie ) a été compliqué.

La cérémonie Kwita Izina est dédiée à la naissance des nouveaux bébés Gorilles, elle représente le succès de la politique de conservation de l'espèce au fil des années donc dans les grandes lignes la célébration a une symbolique forte. Dans la pratique ( avis très personnel ) ce n'est qu'un show organisé pour les tours opérators. Pourquoi ? Pour une raison assez simple, ces tours opérators du monde entier ont été conviés à passer plusieurs jours au Rwanda pour découvrir l'ensemble du pays à travers des activités dans les différents parcs. On les a trimballé d'un côté à l'autre du pays, d'Akagera pour y voir les lions arrivés il y a quelques semaines jusqu'au Parc des Volcans pour y voir les Gorilles. Le Rwanda se bat de manière assez acharnée pour promouvoir toutes les activités que le pays propose. En soi, ce n'est pas un mal, le tourisme pourrait avoir un impact très positif sur le pays mais en même temps, la cérémonie en elle même, que j'ai vécue comme la simple épilogue du petit voyage touristique des tours opérators, a été une souffrance du début à la fin.

Ce qui m'a le plus dérangé ? Les Gorilles. Bien entendu, les bébés Gorilles ne sont pas présents pendant la cérémonie ( surprise ! ) par contre des espèces de contrefaçons qui se roulent par terre en grognant de manière ridicule, eux sont bien présents. Alors voilà, après des concerts de groupes nationaux, de la danse nationale ( seule chose intéressante ), des discours interminables et l'annonce des noms des 24 Gorilles nés dans l'année avec en premier plan ces Gorilles ridicules, je me retrouve à manger parmi mes collègues du jour alors que la pluie s'abat violemment sur les toits des tentes comme un signe que tout ça transpire un ridicule jamais atteint.

Kwita Izina Rwanda

KI

Mais Rwanda, tu me fais quoi là ?

Je suis tombée de haut, vous pouvez vous en rendre compte. Je ne suis pas déçue de ces premiers jours, j'aurais l'occasion de vous parler du Rwanda dans un autre article, de Kigali, de Kinigi et des autres endroits où j'irais avant de rejoindre Kampala, mais cette cérémonie... était ridicule et ne représentait pour moi qu'un besoin presque hors de propos de faire le show devant un parterre de VIP du monde entier.

Alors voilà, je suis de retour à Kigali pour quelques jours avant de rejoindre Akagera avec un ami guide. Déçue à moitié de mon passage à Kinigi mais avec la ferme conviction que je n'ai pas perdu mon temps malgré tout. J'ai pu me rendre compte de ce qu'était Kwita Izina et surtout du fait que même si le Rwanda met un point d'honneur à faire de la conservation des Gorilles sa priorité, le pays déploie aussi des moyens outrageants pour bien faire comprendre que chez eux il y a des Gorilles ( Ici, là, ils sont là les Gorilles, vous êtes au courant hein hein hein ? Oh la lourdeur ).

Est ce que c'est forcément bon pour la conservation des animaux ? Je me pose la question. On a parlé de tout ça lors de la conférence et pourtant d'inviter autant de tours opérators à venir admirer la beauté des Gorilles et du Rwanda, j'ai un arrière goût un peu amer, cette impression désagréable que le Rwanda est actuellement sur le bord de la falaise, en équilibre entre le trop et le raisonnable. Le Rwanda va-t-il tomber dans une dérive sur-touristique ? Ou est ce que le pays va réussir à trouver un équilibre, entre les Gorilles, Gishwati nouvellement Parc National en plein réhabilitation, Nyungwe et son Canopy ou l'Akagera et cet énorme plan de réintroduction ? A voir dans l'avenir..


épinglez-moi

Voyageuse amoureuse de la nature, passionnée d'animaux et de conservation ; solo ou à deux ; en Europe, Afrique, Asie, Amérique, je vous emmène dans mes bagages pour vous raconter mes voyages.

Laisse ton commentaire ici !

Commentaires (14)

  1. oh j’attendais de lire tes impressions et là je suis également un peu déçue! Ce qui m’interroge le plus c’est effectivement l’absence des bébés gorilles alors que normalement la cérémonie leur est à priori consacrée.
    Pour ma part même si beaucoup ne intéressent qu’au Parc National des Volcans pour les gorilles qu’il abrite, je reste persuadée que les autres parcs du pays ne doivent pas être oubliés afin que les touristes puissent aussi découvrir les autres merveilles naturelles du pays des mille collines

    1. Alors l’absence des bébés gorilles s’expliquent assez facilement, comment les prendre aux parents ? Quand tu sais qu’un dos argenté est capable de mourir pour sa famille si elle est menacée il faut bien comprendre qu’il est impossible de retirer un petit à sa famille. Le contraire m’aurait choqué.
      Pour ce qui est des autres parcs du pays, ils ne sont pas oublié, Nyungwe a des attractions pour les touristes assez développées, Gishwati est un parc national depuis quelques jours et un projet de réhabilitation est en cours, Akagera se distingue par la réintroduction des lions il y a quelques semaines. Le pays se développe, rapidement, sauf qu’on oublie que les parcs nationaux ne font plus la même taille qu’il y a 20 ans, ça j’en reparlerai, c’est le revers de la médaille au Rwanda.

      1. je connais le Nyungwe et l’Akagera pour y être allée il y’a deux ans et j’ai vu également que les lions avaient été réintroduits il y a quelques semaines à l’akagera. Suis je bête tu as tout a fait raison pour les petits je n’y ai pas pensé alors que lors de ma visite des gorilles dans le parc national j’avais vu la réaction d’une guenon alors que certains touristes s’étaient trop approchés de ses petits. Normal.. >Pour ce qui est du développement je pense que le pays parviendra progressivement à un juste équilibre entre faire avancer le pays et préserver sa faune et sa flore

  2. Je ne suis absolument pas surprise par ce que tu dis… Je ne fais que donner mon avis puisque je ne connais pas grand chose sur le pays mais je pense que ce type de cérémonie est en effet un moyen de donner une image positive du pays, montrer qu’ils n’ont pas uniquement une histoire et une politique compliquées… Et puis, au final, ils font comme nous, ils mettent en avant les plus belles choses de leur pays, non ? Je pense qu’il ne faut pas oublier que beaucoup de personnes ignorent l’emplacement et même l’existence de certains pays africains, ne voyant ainsi que le continent et non ceux (ou ce) qui le compose et le Rwanda essaye juste d’exister dans un monde où l’économie est reine…
    Enfin, je ne suis pas une experte mais à la lecture de ton très intéressant article, c’est ce que je ressens ^.^

    1. You got it Sista ! Sauf que tu sais dans mon monde d’utopie j’espère trouver la perle rare, ce pays et ce gouvernement qui de bout en bout me prouvera que son intérêt va vers la Nature et la préservation des espèces et pas vers le profit. Après bien sûr qu’avec ce qu’engrange le tourisme au Rwanda ça va permettre au long terme de mettre en place la réhabilitation de la faune et de la flore mais c’est surtout ça le gros point d’interrogation, est ce que cet argent va servir à ça ou est ce qu’il va servir à construire encore plus de buildings à Kigali ? Mystère là !

      1. Le problème, c’est qu’on veut les pousse vers la préservation vu qu’on culpabilise (un minimum) et on ne les laisse donc pas se développer comme nous on a pu le faire, nous avons par exemple eu aucune pitié pour l’écologie quand on a retourné toute la terre pour des ressources… Du coup, je suis assez pessimiste et je pense qu’ils vont aller également les chercher (les ressources) et que l’écologie passera au second plan…

        1. Ils ont pas forcément envie d’écouter nos conseils. Après le Rwanda est déjà bien usé au niveau des terres, les forêts sont très réduites sur le territoire, il y a énormément de champs déjà. Ils ont déjà merdé. Ils essayent de se rattraper mais sans faire des concessions sur les sols qu’ils ont « confisqués » aux forêts..