Non classé

Partir seule

C’est un assez gros changement qui s’est fait aujourd’hui au niveau de la préparation du projet puisque j’ai pris la décision de partir seule.

Pour vous refaire un peu la chronologie des évènements, à la base j’avais décidé de partir seule pour traverser l’Afrique de l’Est sauf que parmi tous mes amis inquiets de voir partir une brindille comme moi il y a eu un qui s’est intégré de lui même dans le projet en tant qu’accompagnant plus que par réel intérêt pour la conservation des espèces. Le geste était beau sauf que voilà, on est apparemment assez vite rattrapé par la vie parfois et ça a été le cas de Quentin. J’ai donc préféré mettre un terme à sa participation relative au projet.

J’étais toujours partie du principe que je pouvais partir seule donc mes motivations ne changent pas. Du reste ce qui changent c’est les étapes qu’on avait prévu, histoire que son voyage soit aussi agréable que le mien et qu’il ne se farcisse pas que mes points d’intérêts. Au final l’itinéraire risque de légèrement changer dans les prochains jours, je vais éliminer certaines étapes pas forcément en accord avec l’idée du projet pour me recentrer sur mon objectif : comprendre concrètement ce qui est fait sur place concernant la sauvegarde des espèces, j’ai besoin de tâter le terrain, de faire partie de ces équipes qui travaillent à perpétuer des espèces en déclin, voir pourquoi malgré tout ce qui est fait ( ou ce qui semble être fait ) on observe encore que certaines populations ne s’en sortent pas. Alors oui on parle de braconnage, on parle de trafic d’animaux, de chasse et d’abattage préventif mais est ce qu’il n’y a que moi qui ne comprend pas comment c’est possible qu’on n’arrive pas aujourd’hui à enrayer tout ça ? Quand je vois des parcs abandonnés aux braconniers sans plus aucune protection j’ai vraiment du mal à avaler la pilule et ça renforce ma motivation.

Alors oui, partir seule sur un continent que je ne connais pas du tout c’est terriblement flippant mais même une aussi grosse déception que celle que j’ai eu aujourd’hui ne change rien pour moi, quoi qu’il arrive je mettrai un pied à Kigali dans quelques mois et je ne repartirai pas avant d’avoir atteint Antananarivo.

Voyageuse amoureuse de la nature, passionnée d'animaux et de conservation ; solo ou à deux ; en Europe, Afrique, Asie, Amérique, je vous emmène dans mes bagages pour vous raconter mes voyages.

Laisse ton commentaire ici !