Protéger les Ours des Pyrénées

Les poilus (et les autres...)

Et si on protégeait les Ours des Pyrénées ?

"Dis, il était comment le monde à ton époque ?"

Il était beau, rempli d'animaux dans les forêts et pour ceux qu'on avait injustement éradiqué à certaines périodes on tentait de les réintroduire, comme le loup et l'ours.

"Mais alors, pourquoi aujourd'hui il n'y a plus d'animaux dans les forêts ? Pourquoi on ne voit plus d'ours ou de loups ?"

Parce que même à l'époque où on essayait de reconstruire ce que les anciens avaient détruit il restait toujours des gens pour ne pas comprendre que c'était important et pour aller supprimer tous les efforts entrepris pour rendre à la nature ce qu'on lui avait pris.

"Ils ont tué les animaux ces gens ?"

Oui, tous.

parc animalier Pyrénées-1

Vous imaginez avoir ce dialogue avec vos enfants, petits-enfants ou arrières petits-enfants dans quelques années ? On pourrait se dire que ça n'arrivera jamais, qu'on est bien trop informé pour que l'éradication totale des prédateurs sur notre territoire ne finisse par arriver, et pourtant. Pourtant le 15 septembre s'est jouée une mascarade, ou ce qu'on aimerait être telle, qui met en péril la vie des Ours des Pyrénées. Cette mascarade vidéo est portée par des hommes, peut être aussi des femmes, l'homme n'ayant pas le monopole de l'ignorance, qui viennent annoncer, visages cachés par des cagoules et fusils en main, qu'il faut en finir avec les Ours dans les Pyrénées et que cet avis serait aussi celui des « Ariégeois », des « Pyrénéens », des « randonneurs » et des « élus ». Alors vraiment ? Ces gens-là  ne veulent plus d'Ours dans les Pyrénées? C'est faux, ces gens-là ne sont même pas une majorité. Pourtant ils représentent une menace, une menace pour ces animaux qui n'aspirent qu'à vivre avec les Hommes et non plus contre eux.

parc animalier Pyrénées-2

La "problématique" de l'ours

L'histoire complexe entre Hommes et l'ours datent de plusieurs siècles mais elle a atteint sa triste apogée au 20ème siècle durant lequel 80% de la population a disparu en Europe. Chassés, braconnés, enlevés, les ours ont vécus pendant très longtemps sous la menace de l'Homme jusqu'à ce qu'ils finissent par ouvrir les yeux, il y a à peine 20 ans, devant le désastre qui ne pouvait plus être ignoré : en 1995 il ne restait que 6 ours dans les Pyrénées. A partir de là on commence à ouvrir les yeux, à se dire que peut être il faudrait préserver ces vies qui font aussi partie de notre patrimoine. Une concertation est alors mise en place et l'année suivante le programme d'introduction d'ours slovènes (qui sont de la même lignée que les pyrénéens) sont relâchés.

L'acclimatation entre Hommes et Ours est toujours compliquée et se justifie surtout par l'angoisse d'éleveurs de voir leurs troupeaux attaqués par des Ours. Il faut quand même rappeler que seulement 1% de la mortalité des troupeaux est due à la prédation et que l'éleveur qui voit l'une de ses bêtes tuées est indemnisé. Il y a 50 ans les éleveurs qui devaient faire face à la prédation n'étaient pas indemnisés et la justification à la chasse à l'ours résidait là, mais aujourd'hui, comment justifier qu'on soit contre la réintroduction de l'Ours et pour son éradication ?

Il y a 50 ans les forêts des Pyrénées accueillaient beaucoup plus d'Hommes, il y avait une plus grande population rurale, beaucoup plus de hameaux et de rencontres probables avec les Ours. Aujourd'hui la forêt pyrénéenne s'étend et pour cause, cette population rurale est devenue urbaine et les hameaux ont été abandonnés, les Ours se retrouvent donc dans un environnement favorable à leur expansion, on pense qu'aujourd'hui il pourrait y avoir 250 Ours dans les Pyrénées, en pratique ils sont une trentaine. Rencontrer un Ours aujourd'hui dans la forêt est donc assez peu probable et même s'ils étaient 250 vous auriez peu de chances d'en apercevoir un puisque les Ours, comme beaucoup d'animaux, ont plus peur de vous que vous n'avez peur d'eux. Les Ours vous entendront arriver avant même que vous n'ayez le temps d'apercevoir leurs gros derrières et si jamais ils ne partent pas en courant à votre approche mais se dressent sur leurs pattes arrières ce n'est pas qu'ils se préparent à vous mettre la begne de votre vie mais juste que, comme nous, ils ont compris que se tenir sur ses pattes arrières rend la vision longue distance plus simple.

Alors l'Ours peut-il être encore un problème à notre époque ? Peut-être pour ceux qui ne comprennent pas l'intérêt de garder une biodiversité riche. Aujourd'hui c'est le cas de ceux qui se filment courageusement le visage cagoulé pour rouvrir la chasse à l'Ours, de ces gouvernements successifs qui, depuis 2009, n'ont pas remis en place de plan de protection des Ours, plus enclins à ne pas froisser ces lobbies qui gouvernent la France et qui nous condamnent à n'avoir comme rencontre avec le plantigrade que les 4 murs d'un enclos dans un zoo.

parc animalier Pyrénées-3

Comment aider les Ours ?

Le "problème" des Ours est intimement lié à celui des Loups qui ont connus le même sort si ce n'est pire puisqu'ils ont totalement disparus de France avant de revenir d'eux-même (tout en étant encore menacés par l'Homme). Les dispositions pour aider l'Ours sont donc à peu près les mêmes que pour le Loup.

Parler de l'ours

La base je dirais. Comment soutenir une cause si on n'en parle pas ? Parler de l'Ours autour de soi, de sa protection et de l'importance qu'il a dans la biodiversité et son équilibre dans notre pays (qui, du coup, est quand même assez mal placé pour faire des leçons aux pays qui déciment leurs populations animales) est, pour moi, le moyen le plus simple et le plus efficace de secouer un peu les consciences. Alors oui, évidemment, si vous habitez à Lyon vous ne vous sentez pas forcément concerné par la problématique de l'Ours et de ces idiots qui veulent s'en débarrasser mais vous auriez tort de penser comme ça. Qu'ils soient à des milliers de kilomètres ou en train de nager dans votre piscine (assez peu probable.. Qui a des piscines à la montagne ?) c'est une problématique qui touche la Nature, celle dans laquelle on vit, peu importe où on habite.

Participer aux consultations sur la protection de l'Ours

Bon, si vous avez loupé la dernière consultation pour mettre en place un plan de protection des Ours du début d'année (que vous pouvez trouver ici si vous avez la motivation de tout lire) vous pouvez très bien vous rattraper la prochaine fois, suffit de rester informés ! 

Soutenir les associations

Plusieurs associations comme Pays de l'Ours-Adet sont essentiellement tournées vers la protection de l'Ours. Cette association propose une boutique dont les recettes permettent de continuer à œuvrer pour la protection des Ours.

L'association FERUS dont je vous avais déjà parlé pour les loups se bat aussi pour protéger les Ours dans notre pays en proposant des actions sur le terrain pour sensibiliser à la situation de l'Ours.

Des liens à découvrir

Tout savoir sur l'Ours sur le site de Pays de l'Ours

Protéger l'ours et le loup en France - antihumanisme ou coexistence territoriale durable par Farid Benhammou

La contribution de FERUS à la consultation pour le nouveau plan Ours

tOUTES LES PHOTOS DE CET ARTICLE m'ont été transmises par La Famille France Trotteuse, prises au parc animalier des pyrénées.


épinglez-moi !

Voyageuse amoureuse de la nature, passionnée d'animaux et de conservation ; solo ou à deux ; en Europe, Afrique, Asie, Amérique, je vous emmène dans mes bagages pour vous raconter mes voyages.

Laisse ton commentaire ici !

Commentaires (13)

  1. j’ai été dans le parc des pyrénnées, leurs ours sont superbes! Dans la même région et en lien avec le problème « loup », ils distribuaient des brochures pour vivre en bonne entente avec eux. Avoir un chien de berger et une clôture, faire du bruit en marchant…. Des choses basiques, je ne comprends pas que ça pose toujours problème !

    1. Je suis d’accord avec toi, les protestations concernant les loups ou les ours me semblent totalement incompréhensibles, tout est fait pour qu’il y est une bonne entente entre pastoralisme et animaux sauvages… Je pense surtout que certaines personnes ont du mal avec le changement !

  2. Je partage presque tout de vos écrits … alors voici ce que je ne partage pas avec vous. D’abord je déplore que le lynx soit encore une fois le grand oublié de ce récit, car lui aussi est une grande victime de l’intolérance humaine. Il semble que peu de gens s’intéressent véritablement à lui, à un point tel, que nous l’oublions systématiquement dans nos écrits, alors qu’il est lui aussi un grand prédateur européen en danger, et à mon avis (si l’on ne parle que d’eux), il mérite tout autant que les 2 autres d’être défendu. Même les assos que vous citez, des assos qui sont censées le défendre, lui comme les 2 autres, n’en parlent pas … ou presque pas. D’ailleurs quand on voit les résultats obtenus sur la préservation de ces 3 grands prédateurs, on comprends aisément que désormais, ces assos subventionnées ne font aujourd’hui plus que défendre leurs propres existences, ou plus exactement, les revenus de leurs dirigeants. On comprend que ces 3 grands prédateurs ne seront jamais ben défendus dans notre pays, et que cette inaction laisse la place libre à tous ces intolérants cagoulés et armés (éleveurs-chasseurs), qui après tout, ne font eux aussi que défendre leurs intérêts, sans jamais comprendre que leurs intérêts à eux, sont ailleurs ! Voilà à part ça, je suis entièrement d’accord avec vos écrits, bravo à vous !

    1. Merci beaucoup pour votre commentaire Didier qui est très vrai, je prends note pour le lynx, j’en parlerai avec plaisir sur le blog puisque, comme vous le dites, il est souvent le grand oublié dans la destruction de notre faune ! Les associations doivent faire face à beaucoup de pression et de résistance mais je reste persuadée qu’elles œuvrent autant que faire se peut sur les terrains de la protection des Ours et de Loups mais aussi des Lynx. L’avenir n’est malheureusement pas entre les mains d’une poignée de défenseurs de cette Nature mais bien dans celles de ceux que vous citez, les éleveurs, les chasseurs, mais aussi des français en général qui doivent s’impliquer un peu plus dans les problèmes que rencontre notre pays en matière de sauvegarde des espèces…

  3. Je suis tellement d’accord avec toi : pourquoi l’homme veut-il encore et toujours tuer ces prédateurs que sont le loup et l’ours ?? J’ai grandi dans les montagnes du Sud-Est où le loup commence à revenir depuis quelques années et mon avis sur la question, c’est que les bergers (j’en connais pas mal), n’ont plus envie de perdre leur temps à surveiller leurs troupeaux et ils préfèrent tuer les loups… Je sais qu’ils sont très occupés, mais ça n’excuse pas leurs attitudes. Ils devraient s’occuper de leurs animaux et non les laisser libre et remettre ensuite la faute sur le loup s’il y a eu quelques bêtes qui ont été tuées. Il faudrait aussi qu’ils prennent leurs responsabilités vis à vis de leurs troupeaux. Le problème c’est qu’ils sont persuadés d’avoir raison et qu’il est quasi impossible de leur expliquer les choses car ils n’écouteraient même pas. En tout cas, je reste persuadée que tuer le loup ou l’ours n’est pas la solution, que détruire des écosystèmes n’est pas la solution !

    1. On est d’accord, beaucoup de bergers ont oublié que l’une des prérogatives de leur travail est de surveiller leurs troupeaux ! Ils se sont habitués à une situation absolument pas naturelle alors forcément ça fait du changement mais un changement bénéfique pour la planète ! Je regrette toutes les pauvres biquettes et brebis et moutons dévorés (pour le peu qu’il y en a) mais il ne faut pas oublier qu’ils sont indemnisés pour ces pertes ! Il n’y a plus aucune raison de refus au retour du loup à part une désengagement de leur part..

  4. Je suis d’accord et ça me fait de la peine tout ça. L’homme crée les probléme lui-même, met ensuite les conséquence sur les animaux et s’en débarasser par pure option de confort, je note les associations, j’aimerais tellement que tout ça évolue en bien ..

    1. Option de confort c’est tout à fait ça 🙂 J’espère que ça va évoluer ! Je me dis qu’il y a aujourd’hui beaucoup moins de gens qui ont peur du loup ou de l’ours qu’il y a quelques années, c’est déjà une belle avancée !

  5. Il est essentiel de conserver la biodiversité, un environnement encore vivable pour les animaux, l’ours et sa protection me parait une cause essentielle. Tu fais passer encore un bien beau message, l’animal comme l’homme se doivent de vivre en harmonie sur la planète. Je trouve cela tellement dramatique sous couvert de l’evolution, du consumérisme, de l’avancée des nouvelles technologie de vouloir toujours plus détruire l’environnement et ses habitants…
    Alors oui, sauvons les ours!
    Merci pour ce beau billet

    1. Merci 🙂 Je suis entièrement d’accord avec toi au sujet d’une vie en harmonie avec les animaux, beaucoup ont du mal à se faire à l’idée qu’ils ne sont pas seuls sur la planète et surtout qu’ils ont aussi besoin d’une biodiversité en bonne santé pour rester sur ladite planète !