InTanzanie

Peace Matunda – Découvrez la culture tanzanienne avec une association locale

Peace Matunda tanzanie

Le café vous connaissez ? On aime bien ça le café en France, on en boit pas mal, probablement l'un des pays qui en consomme le plus. Moi, le café je n'en bois que les matins où, après avoir vu les cernes de 3 pouces sous mes yeux, je me dis qu'il me faut un peu plus fort que mon petit thé vert pour ne pas que je me roule en boule dans un couloir en pleine journée pour faire la sieste. Alors comme beaucoup de choses dans notre quotidien le café fait parti des meubles, la petite poudre brune/noire traîne dans son pot sur une étagère aux côtés de ses copains Thé et Sucre mais qu'est ce qu'on sait vraiment du café ? Un peu comme les citadins qui s'extasient devant une vache, je pars rencontrer l'association Peace Matunda pour m'extasier devant la fabuleuse histoire du café.

Kaaya vient nous chercher à notre hôtel pour nous emmener dans son 4x4 jusqu'au village de Nkoanrua à quelques kilomètres d'Arusha. Il nous explique rapidement quel sera le programme de notre demi journée de découverte et après un arrêt minute pour attraper un peu de charbon on prend la piste cahoteuse qui nous amène à Peace Matunda. Kaaya est un homme agréable, accueillant, on profite des quelques minutes de trajet pour faire connaissance avant de descendre de la voiture une fois arrivés dans la propriété de Peace Matunda.

Peace Matunda, l'organisation

Alors Peace Matunda, c'est quoi ? PM on en a entendu parler par le biais de Visit, c'est une organisation créée par Kaaya qui regroupe plusieurs choses : une école et un orphelinat ( dans lesquels on passera rapidement ), des possibilités de volontariat et des offres de tours au Mont Meru, au Kilimandjaro, des safaris et la possibilité de faire des tours culturels comme celui qu'on a fait pendant cette journée avec eux ! Concernant les tours culturels les bénéfices vont directement à l'école et à l'orphelinat ( qui est parfois plus un internat ) ce qui permet de nourrir les enfants et de continuer à leur proposer une éducation de qualité. C'est donc des tours qui vous permettent de vous investir dans le bien être de la communauté en étant certain que votre argent va au bon endroit !

De la graine de café à la tasse, le café de A à Z

Kaaya nous laisse donc avec notre guide/professeur du jour : Innocent. Agé d'à peine une vingtaine d'années Innocent prendra le temps de nous expliquer la "vie" du café, de la petite graine qui pousse sur le caféier jusqu'aux techniques africaines pour en arriver à déguster le café. Cette découverte je ne vous la raconterais pas en entier ni en détail, forcément, je ne voudrais pas gâcher votre visite chez Peace Matunda !

Notre initiation durera plus d'une heure, à tâter, renifler et finalement déguster le café qu'on aura appris à faire, nous même, avec l'aide précieuse d'Innocent. Parce que oui, il s'agit aussi d'apprendre les techniques utilisées pour finir par boire une tasse de café et c'est quand même beaucoup plus laborieux que de se servir dans le pot Nescafé entreposé sur l'étagère ! La patience de notre professeur dans les moments les plus compliqués a été sans limite, surtout quand on en mettait partout à essayer désespérément d'imiter ses gestes...

Clairement on n'a aucun don pour utiliser les techniques qu'Innocent maîtrise à la perfection, il nous rassure en riant "J'ai appris en regardant ma mère le faire, ça m'a pris des années pour maîtriser ça".

P1040305

P1040308

P1040333

P1040349

P1040375

A la découverte de l'ugali

L'ugali vous connaissez ? Nous, arrivés en Tanzanie, on était persuadé d'en avoir déjà mangé au Kenya. On pensait de base que c'était un espèce de mélange de légumes. Alors quand Innocent nous dit qu'on va préparer l'ugali et qu'on le voit revenir avec une poudre blanche et de l'eau on reste perplexe. Alors qu'est ce que l'ugali ? Sans le savoir on en avait en fait déjà mangé ! Mais pas du tout au Kenya, en Ouganda ! Je ne sais plus si j'avais eu l'occasion de vous parler du pocho, cette galette de farine de maïs qui se mange avec les doigts avec toute sorte d'accompagnement, l'ugali c'est en fait notre bon vieux pocho ougandais sous un autre nom. On rigole de notre bêtise tous ensemble et on se met au travail parce que, comme le café, l'ugali n'est pas simple à préparer.

C'est la femme de Kaaya qui commence par donner les premiers coups de cuillère pour mélanger la farine dans l'eau qui commence à bouillir, elle attend quelques secondes et Innocent verse une nouvelle dose de farine dans la casserole, une grosse dose, c'est là que la bataille contre l'ugali commence. Comme pour le café on nous propose de mettre la main à la pâte, je m'accroupis donc à côté de la casserole et tâte la bête ( l'ugali si vous suivez pas ), elle est déjà costaud, quelques coups de cuillère plus tard on me décharge de ma mission, l'ugali est prêt.

La table du repas est colossale pour nous 3, je précise ne pas manger de viande et on s’éclipse pour me rapporter une nouvelle casserole tout aussi colossale d'haricots ! "On va bien manger !" et on a bien mangé !

P1040411

P1040417

P1040421

Comme Livingtone à la recherche des chutes Victoria

L'ugali avalé on part pour une petite randonnée à travers le village pour débusquer une chute cachée dans la jungle. On traverse le village en s'arrêtant quelques fois pour qu'Innocent nous montre les caféiers et tout ce dont il nous avait parlé lors de notre cours. On quitte enfin la route pour passer sur des chemins rendus un peu boueux par la pluie des derniers jours et on arrive enfin à un tout petit sentier descendant à travers les champs.

"J'entends de l'eau". Oui je l'entendais, tout en haut de la piste, et je n'avais aucune idée de la descente qui nous attendait ( N.B : éviter les vans pour ce genre de petit tour dans la forêt, ça vous évitera des glissades parfois épiques ). La balade en elle même est agréable, faisable pour tous, petit et grand, sportif ou non. On descend donc ce sentier et on escalade quelques rochers à l'arrivée pour se retrouver au pied d'une petite cascade. Petite mais magnifique. Entourée de végétation, il suffit de lever le nez pour apercevoir la base de la chute et pour s'imaginer des siècles auparavant en découvreur de merveilles au milieu de la jungle africaine.

P1040445

P1040461

P1040459

Après avoir profité de quelques temps au pied de cette belle cascade il est temps de reprendre la route vers la civilisation. "On reprend le même chemin ?" Innocent me répond par la positive, bon, je me prépare psychologiquement à avoir de bons réflexes pour ne pas encore glisser et ne pas dévaler la pente ( N.B : pas de vans je vous ai dit ! ). La piste est avalée, quelques glissades plus loin on est de retour sur la route principale et à Peace Matunda. On grimpe dans la voiture de Kaaya en pensant être bon pour revenir à Arusha mais, surprise, il nous annonce qu'il nous amène dans un dernier endroit, pour qu'on puisse absolument tout voir.

Les mains dans la glaise, les yeux pleins d'étoiles

On travers un nouveau village, perdu dans les champs de bananes et les caféiers c'est une véritable jungle dans laquelle Kaaya se dirige à la perfection. Pour nous c'est un labyrinthe et on a toujours du mal à comprendre où il nous emmène. La voiture s'arrête devant une maison, un homme nous accueille avec un énorme sourire et nous invite à le suivre. La nuit commence à tomber, Innocent, un lampe à la main nous précède pour nous conduire devant un champ de poterie. L'homme nous explique être potier ( vous aviez deviné ? ) et commence à nous parler de son métier, avec passion. Après nous avoir fait toucher à sa matière première il s'installe devant son établi. "Est ce que vous connaissez la glaise ?" Je lui répond par l'affirmative "on utilisait ça à l'école quand on était petit". Il sourit à nouveau, non, ce monsieur ne va pas faire un monsieur patate à moitié rond avec des yeux qui se décollent comme on pouvait le faire à l'école, il va nous faire une démonstration de l'ampleur de son talent et de sa maîtrise.

Pendant plusieurs minutes il forme donc à partir d'une grosse boule de glaise, un vase, plus ou moins gros, il nous montre que tout est possible. Des motifs ? Facile, il en rajoute. Des rebords particuliers ? Aucun problème, il les fait en 2 minutes. La prise en main est impressionnante, la maîtrise l'est encore plus. Il termine son vase et le pose près de ses petits frères qui attendent sagement d'être secs, voilà, en 20 minutes il nous a fait un énorme vase.

Après nous avoir montré toutes ses autres créations, certaines vraiment magnifiques, on remonte en voiture, cette fois c'est bien terminé, on rentre à Arusha, des souvenirs plein la tête, la tête un peu plus remplie qu'à notre arrivée.

P1040466

P1040468

Vous l'avez compris, j'ai adoré m'immerger dans le monde du café, de la poterie, faire un brin de randonnée et découvrir la gastronomie tanzanienne. Si au début je n'étais pas forcément intéressée par le café ma conclusion à cette demi journée avec Innocent et Kaaya n'est que positive et je n'aurais pas imaginé m'amuser autant en préparant ma tasse de café ou mon ugali ! Alors forcément, si vous passez dans le coin d'Arusha pendant votre voyage en Tanzanie ( même si ce n'est "que" pour faire un safari ) c'est l'occasion de vous arrêter chez Peace Matunda pour découvrir tout ce qu'ils ont à vous apprendre !

Si vous souhaitez rencontrer Kaaya et découvrir cet univers

Vous avez le choix entre une journée complète et une demi journée.

Kaaya peut venir vous chercher à votre hôtel ( rajoutez donc le prix du transport A/R ) ou vous pouvez aussi tenter l'expérience du dala dala qui vous amènera au croisement avec Tengeru pour 500 shillings ( 25cts € ) puis un boda boda pour faire le reste de la route jusqu'à Peace Matunda pour 2000 shillings ( 1€ ). Pensez à prendre vos chaussures de marche pour la randonnée ( surtout s'il a plu ! ). N'hésitez pas à en parler autour de vous à votre retour au pays !

Retrouvez Peace Matunda sur Visit.org


épinglez-moi !

2

Tu aimeras aussi...

2 Commentaires

  • Pauline

    Très beau récit ! En grande amatrice de café, ce tour m’aurai plu pour sûr !

    22 novembre 2015 at 10:50 Reply
  • Visiter la Tanzanie en 6 incontournables - Belette Rousse

    […] au Serengeti vous allez forcément vous arrêtez à Arusha. Si la ville n'a pas grand intérêt je vous conseille de prendre contact avec Peace Matunda pour passer une journée de découverte de la culture du pays et de petites randos dans la forêt ! […]

    21 août 2017 at 10:30 Reply
  • Laisse ton commentaire ici !