Tu aimeras aussi...

4 Commentaires

  • Roryofroom

    Interessant mais je reste interloquée par le prix de ces écovolontariat… je préfère la démarche helpx où on rémunère un travail volontaire, un engagement par un logement et où le financement se fait par un biais autre (dons par exemple). Je peux comprendre que faire payer les volontaires est une manière de financer l’organisation, mais cela rend la chose élitiste. Plus jeune (ou même maintenant) je n’aurais pas les moyens de faire ce genre de choses pourtant ce n’est pas la volonté qui manque.
    Et sinon je souligne juste elle parle de ne pas toucher les animaux sauvage et il y a une photo d’une personne (elle?) touchant une sorte d’antilope (pardon pour mon ignorance).
    Malgré mes critiques je trouve le boulot que tu fais sur le blog dingue : contenu toujours fourni, intéressant et de qualité.

    20 décembre 2017 at 7:13 Reply
    • Adeline

      Je suis d’accord avec toi, le prix des écovolontariats me semble parfois vraiment excessif, il faut évidemment prendre en compte le fait de faire vivre la structure, de pouvoir lui permettre de continuer à fonctionner en plus du coput que représente le volontaire pour la structure. Les écovolontariats que j’ai fait étaient assez peu chers comparés à ceux proposés en Afrique du Sud par exemple. Après il ne faut pas se leurrer, c’est toujours la demande qui conditionne le prix.
      Pour l’antilope, qui est un jeune bongo je pense, attention de ne pas juger sur une photo sans contexte. J’ai l’exemple du David Sheldrick Wildlife Trust où ils sont amenés à avoir des contacts directs avec les jeunes éléphants (pour les nourrir…), ça n’empêche pas que c’est un centre de réhabilitation où les animaux sont ensuite relâchés 🙂 (J’en parle ici : http://beletterousse.fr/voir-des-animaux-nairobi-elephant-girafe/ ).

      Merci pour tes commentaires Rory ! Ils sont toujours sources de débat (et c’est positif selon moi :D)

      21 décembre 2017 at 11:00 Reply
  • Sophie

    Pour avoir fait de nombreux volontariats je comprends tout à fait le fait de payer pour faire du volontariat…car on ne paye pas que pour sa propre petite personne mais aussi pour les couts de fonctionnement de la structure….et pour en avoir discuter avec de nombreuses personnes, souvent les dons ne suffisent pas, donc pour moi rien de choquant la dessus…de plus helpx ou autre site de ce type j ai dejà vu des gens qui avaient eu des mauvaises surprises donc faut pas se leurrer…quand y a un cout on attend aussi du sérieux derrière et de bonnes conditions…mais apres je pense que c est surtout une question de choix…
    L’animal sur la photo est un Nyala et il n’est pas dit dans l article de ne pas toucher un animal sauvage…il y a un point d interrogation à la fin de la phrase qui dit “Attention quand on vous parle de toucher des animaux sauvages, pourquoi faire? Est-ce vraiment dans son intérêt? etc.” donc du coup ne pas tirer de conclusion hâtive sur le fait de toucher cette antilope…y a justement peut etre une raison derrière…je suis allée dans des sanctuaires de réhabilitation et bien sur qu’on devait les toucher pour les nourrir par exemple et le but était bien de les réhabiliter…. bref super interview, bravo Adeline et bravo aussi à Nathalie…

    25 février 2018 at 2:57 Reply
    • Adeline

      Merci pour ton commentaire Sophie ! Tu as tout à fait raison, attention aux contextes dans lesquels sont pris les photos 🙂 Merci pour ton retour d’expérience sur les écovolontariats qui est très intéressant, effectivement on a du mal à se figurer tout ce qu’une structure doit débourser, à une époque où on a l’habitude de toujours chercher à payer moins il faut savoir faire le tri et relativiser la dépense quand c’est pour une bonne cause 🙂

      2 mars 2018 at 12:11 Reply

    Leave a Reply